Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau-labo_iredu

Institut de Recherche sur l'Éducation : Sociologie et Économie de l'Éducation

| Partager :
Share |

La publication 18042 est en ligne !

Étudiant·e·s en STAPS à l'université de Bourgogne : un derby en faveur du « petit poucet » ?.- Erard C. ; Guégnard C..- in : Comment se fabriquent des offres scolaires inégales ?.- Cayouette-Remblière J., dir. ; Jedlicki F., dir. ; Moulin L., dir..- Paris : INED, 2018, 116 p.
En 2013, les étudiant·e·s de première année en STAPS de l'antenne du Creusot, site délocalisé, sont plus souvent  admis·e·s  en  deuxième  année  de  licence  que  celles  et  ceux  inscrit·e·s  à  Dijon,  siège  de l'université de Bourgogne. Or, ce passage ne s'explique ni par un recrutement sexuellement différencié, ni par une structure sociale singulière, ni par la composition scolaire, ni même par des investissements sportifs  extra-universitaires  notoirement  différents.  Contre  toute  attente  sociologique  (moins  de bacheliers  scientifiques,  plus  de  boursiers,  moins  d'investissement  studieux...),  les  étudiant·e·s  du Creusot sont plus fréquemment en situation de réussite. Par un travail d'enquête qui s'appuie sur quatre types de données, nous montrons que l'effet territoire est particulièrement saillant, avec un lieu d'études qui influe positivement et de manière très significative sur le passage en L2. Et ce derby en faveur du «petit poucet » persiste en deuxième année, questionnant les conditions d'une université démocratique et «démocratisée»

 

Accès au texte intégral

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur TwitteruB link, le réseau social de l'université

Université de Bourgogne