Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
  • Français
  • English
aA - +Imprimer la page

La publication 18118 est en ligne !

Du secondaire au supérieur, « l’effet parent enseignant » au regard de l’hétérogénéité des statuts parentaux.- Farges G..- Revue Française de Pédagogie, 203, avril-mai-juin 2018.- Article paru en 2019, dans une revue datée de 2018
Cet article a pour objet de contribuer à l’analyse des carrières scolaires des enfants d’enseignants en considérant le capital scolaire acquis au lycée et les parcours dans l’enseignement supérieur. En comparant les enfants d’enseignants avec les enfants dont les parents exercent d’autres professions, notamment parmi les cadres et les professions intermédiaires, notre analyse vise à mieux comprendre les caractéristiques et la structure des ressources parentales (paternelles et maternelles) qui accompagnent les scolarités les plus réussies. À partir de l’exploitation de données récentes de l’enquête Emploi de l’Insee, nous mettons au jour que réussite et parcours scolaires longs ne caractérisent pas également tous les enfants d’enseignants, ce que révèle la prise en compte de la profession des deux parents. En outre, nous montrons qu’à la fin de l’enseignement secondaire les jeunes dont les parents sont professeurs du secondaire ou du supérieur, en particulier ceux dont la mère occupe cette profession, bénéficient d’un avantage net assez saillant. Les enfants d’institutrices se caractérisent aussi par une réussite scolaire notable. Cependant, une fois le baccalauréat obtenu, les carrières scolaires des enfants d’enseignants se distinguent moins de celles des enfants d’autres professions parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures, voire sont moins longues et/ou moins prestigieuses.

Accès au texte intégral (sur Cairn, accès restreint aux abonnés, dont l’uB fait partie)

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

Du secondaire au supérieur, "l'effet parent enseignant" au regard de l'hétérogénéité des statuts parentaux.- Farges G..- Revue Française de Pédagogie, 203, avril-mai-juin 2018.- Article paru en 2019, dans une revue datée de 2018
Cet article a pour objet de contribuer à l'analyse des carrières scolaires des enfants d'enseignants en considérant le capital scolaire acquis au lycée et les parcours dans l'enseignement supérieur. En comparant les enfants d'enseignants avec les enfants dont les parents exercent d'autres professions, notamment parmi les cadres et les professions intermédiaires, notre analyse vise à mieux comprendre les caractéristiques et la structure des ressources parentales (paternelles et maternelles) qui accompagnent les scolarités les plus réussies. À partir de l'exploitation de données récentes de l'enquête Emploi de l'Insee, nous mettons au jour que réussite et parcours scolaires longs ne caractérisent pas également tous les enfants d'enseignants, ce que révèle la prise en compte de la profession des deux parents. En outre, nous montrons qu'à la fin de l'enseignement secondaire les jeunes dont les parents sont professeurs du secondaire ou du supérieur, en particulier ceux dont la mère occupe cette profession, bénéficient d'un avantage net assez saillant. Les enfants d'institutrices se caractérisent aussi par une réussite scolaire notable. Cependant, une fois le baccalauréat obtenu, les carrières scolaires des enfants d'enseignants se distinguent moins de celles des enfants d'autres professions parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures, voire sont moins longues et/ou moins prestigieuses.

Accès au texte intégral (sur Cairn, accès restreint aux abonnés, dont l'uB fait partie)

extrait:
lien_externe:

Log In

Create an account