Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
  • Français
  • English
aA - +Imprimer la page

La publication 20020 est en ligne !

Les conditions de vie étudiante en période de confinement : premiers résultats de l’enquête. El Hadj Said K., Bonnard C., Giret J.F. Étude de l’IREDU, 2020.
Le confinement a été pour nombre de Français un bouleversement dans leur quotidien : les pratiques sociales ont dû ainsi s’adapter à cette période d’isolement pour réduire les effets de la crise sanitaire que de très nombreux pays dans le monde ont connu. Cette période, allant du 17 mars au 11 mai 2020, a eu des conséquences importantes sur plusieurs catégories de la population. Les étudiants ont été touchés à plusieurs titres. Les conditions d’études se sont radicalement transformées avec la fermeture en présentiel des établissements d’enseignement supérieur. Si l’enseignement à distance a pu apporter une réponse pour assurer une certaine continuité pédagogique, celle-ci n’a été que partielle dans la mesure où l’hétérogénéité des dispositifs pédagogiques, les stages et les différentes formes d’alternance ne sont pas tous substituables par de l’apprentissage en distanciel. Mais les étudiants ont dû aussi s’adapter aux différentes contraintes du confinement qui ont affecté les différents aspects de la vie étudiante: les conditions de logement et l’isolement pour les étudiants décohabitants, les risques concernant la santé, les ressources. Se pose notamment la question des vulnérabilités étudiantes, qui existaient avant le confinement et qui se sont probablement accentuées. Les étudiants sont aussi des salariés pour une part importante d’entre eux, le revenu de l’emploi salarié impactant largement le budget étudiant. Enfin, le contexte d’incertitude qui pesait sur la reprise d’études, les examens, les modes de sélection dans les formations supérieures, la possibilité de trouver un emploi à court terme, pour les vacances ou les risques qui pèsent pour eux à moyen terme,sur le marché de l’emploi des diplômés.Quelques semaines après le début du confinement, plusieurs enquêtes sur les étudiants ont été menées par des services universitaires, des équipes de recherche ou des instituts de sondages. Si certains aspects de la vie étudiante comme le bien-être, le logement, la santé ou les finances sont souvent communs aux différentes enquêtes, leur champ et leur méthodologie sont souvent très différents. Elles contribuent néanmoins à mieux comprendre la diversité des situations étudiantes en période de confinement. Les résultats provisoires, issus de notre enquête, donnent un premier éclairage sur l’évolution des inégalités entre les étudiants en période de confinement et sur les inquiétudes que celui-ci a générées.

Accéder au texte intégral

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

Les conditions de vie étudiante en période de confinement : premiers résultats de l’enquête. El Hadj Said K., Bonnard C., Giret J.F. Étude de l’IREDU, 2020.
Le confinement a été pour nombre de Français un bouleversement dans leur quotidien : les pratiques sociales ont dû ainsi s’adapter à cette période d’isolement pour réduire les effets de la crise sanitaire que de très nombreux pays dans le monde ont connu. Cette période, allant du 17 mars au 11 mai 2020, a eu des conséquences importantes sur plusieurs catégories de la population. Les étudiants ont été touchés à plusieurs titres. Les conditions d’études se sont radicalement transformées avec la fermeture en présentiel des établissements d’enseignement supérieur. Si l’enseignement à distance a pu apporter une réponse pour assurer une certaine continuité pédagogique, celle-ci n’a été que partielle dans la mesure où l’hétérogénéité des dispositifs pédagogiques, les stages et les différentes formes d’alternance ne sont pas tous substituables par de l’apprentissage en distanciel. Mais les étudiants ont dû aussi s’adapter aux différentes contraintes du confinement qui ont affecté les différents aspects de la vie étudiante: les conditions de logement et l’isolement pour les étudiants décohabitants, les risques concernant la santé, les ressources. Se pose notamment la question des vulnérabilités étudiantes, qui existaient avant le confinement et qui se sont probablement accentuées. Les étudiants sont aussi des salariés pour une part importante d’entre eux, le revenu de l’emploi salarié impactant largement le budget étudiant. Enfin, le contexte d’incertitude qui pesait sur la reprise d’études, les examens, les modes de sélection dans les formations supérieures, la possibilité de trouver un emploi à court terme, pour les vacances ou les risques qui pèsent pour eux à moyen terme,sur le marché de l’emploi des diplômés.Quelques semaines après le début du confinement, plusieurs enquêtes sur les étudiants ont été menées par des services universitaires, des équipes de recherche ou des instituts de sondages. Si certains aspects de la vie étudiante comme le bien-être, le logement, la santé ou les finances sont souvent communs aux différentes enquêtes, leur champ et leur méthodologie sont souvent très différents. Elles contribuent néanmoins à mieux comprendre la diversité des situations étudiantes en période de confinement. Les résultats provisoires, issus de notre enquête, donnent un premier éclairage sur l’évolution des inégalités entre les étudiants en période de confinement et sur les inquiétudes que celui-ci a générées.

Accéder au texte intégral

extrait:
lien_externe:

Log In

Create an account