Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
  • Français
  • English

Fiche de VRILLON Éléonore

Fonction : Docteur(e) venant de soutenir sa thèse, chercheur(se) associé(e)

Docteure en sciences de l’éducation

Thèse soutenue le 28 septembre 2018

Directeur de thèse : Jean-François Giret
Codirectrice : Géraldine Farges
 
Titre de la thèse (soutenue le 28 septembre 2018) :
« De l’égalité formelle aux usages réels : déterminants et effets du
suivi des MOOC dans les trajectoires socio-professionnelles »
 
Résumé de la thèse :
L’éducation et la formation sont des institutions centrales de notre société. Garantes de l’intégration sociale et professionnelle des individus, elles ont aussi été érigées en piliers stratégiques du dynamisme économique dans la « société de la connaissance » (CE, 2000). Pour autant, bien que porteuses des valeurs démocratiques, elles sont le lieu d’observation de nombreuses inégalités, tant en formation initiale que professionnelle. Dans un contexte de précarisation du marché du travail, où le diplôme est nécessaire mais ne semble plus suffire pour assurer une intégration professionnelle stable, l’essor des Massive Open Online Course (MOOC) questionne. À partir d’une enquête mixte longitudinale, cette recherche s’est attachée à répondre à la problématique générale suivante : dans quelle mesure l’égalité formelle d’accès aux MOOC se traduit-elle par une égalité des chances pour les individus de les utiliser, d’y réussir et d’en tirer des bénéfices (objectifs et subjectifs)? Cette étude des usages sociaux des MOOC et de leurs effets dans les trajectoires individuelles a été réalisée à partir de l’analyse de 5709 réponses d’inscrits au sein de 12 MOOC de France Université Numérique (FUN), réinterrogés un an plus tard (n=778), et de 32 entretiens. Arguant en faveur d’une reproduction sociale des inégalités d’accès, les résultats montrent que l’égalité formelle d’accès ne suffit pas à une
appropriation par tous de ces ressources. Ces usages restent principalement le fait d’individus détenant un capital humain élevé, bénéficiant d’une « insertion professionnelle assurée » (Paugam, 2007[2000]), coutumiers de la formation professionnelle et ayant d’intenses pratiques culturelles. Plus qu’une nouvelle voie d’accès à la formation, les MOOC semblent constituer un moyen supplémentaire, nécessitant des prérequis implicites. Pour autant, la construction d’une typologie d’usage a permis de mettre au jour que les MOOC peuvent constituer, même pour ces derniers, une réelle opportunité de formation.
Majoritairement saisis dans un rapport a priori désintéressé de loisirs culturels, ils sont aussi utilisés pour satisfaire des objectifs formatifs variés. Ces six registres d’usage sont par ailleurs plus faiblement déterminés. L’évaluation de la réussite, lorsque les critères
de l’achèvement et de la certification sont pertinents, met en évidence, pour ces individus favorisés, une égalité des chances d’y parvenir. Bien que ces usages sociaux n’aient, à court terme, aucun effet objectivable sur les trajectoires socio-professionnelles, ils sont
porteurs de bénéfices plus subjectifs. Selon les particularités et la temporalité des « parcours biographiques » (Bourdon, 2010), ils participent au développement des identités personnelles et professionnelles ainsi qu’à une amélioration du vécu de certaines transitions. Loin de concurrencer en France le rôle des diplômes dans les parcours sociaux, les MOOC semblent plutôt en constituer un nouveau halo et participer à l’avènement d’une ère du signalement tout au long de la vie.
 
Membres du Jury :
  • Eric Bruillard, Professeur à L’Université de Paris Descartes (rapporteur)
  • Patricia Champy-Remoussenard, Professeure à l’Université de Lille 3 (rapporteur)
  • Géraldine Farges, maîtres de conférences à l’Université de Bourgogne Franche-Comté
  • Yannick Fondeur, Chargé de recherche au Cnam, Lise UMR CNRS 3320 / CEET
  • Jean-François Giret, Professeur à l’Université de Bourgogne Franche-Comté
  • Emmanuel Quenson, Professeur à l’Université d’Evry-Val d’Essonne

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:
[kc_row _id="272401"][kc_column width="12/12" video_mute="no" _id="776266"][kc_tabs speed="450" pagination="yes" active_section="1" _id="149141"][kc_tab title="Présentation" _id="605441"][kc_column_text _id="781723"]

Docteure en sciences de l'éducation

Thèse soutenue le 28 septembre 2018

[/kc_column_text][/kc_tab][kc_tab title="Thèse" _id="733180"][kc_column_text _id="967603"]

Directeur de thèse : Jean-François Giret
Codirectrice : Géraldine Farges
 
Titre de la thèse (soutenue le 28 septembre 2018) :
"De l'égalité formelle aux usages réels : déterminants et effets du
suivi des MOOC dans les trajectoires socio-professionnelles"
 
Résumé de la thèse :
L'éducation et la formation sont des institutions centrales de notre société. Garantes de l'intégration sociale et professionnelle des individus, elles ont aussi été érigées en piliers stratégiques du dynamisme économique dans la « société de la connaissance » (CE, 2000). Pour autant, bien que porteuses des valeurs démocratiques, elles sont le lieu d'observation de nombreuses inégalités, tant en formation initiale que professionnelle. Dans un contexte de précarisation du marché du travail, où le diplôme est nécessaire mais ne semble plus suffire pour assurer une intégration professionnelle stable, l'essor des Massive Open Online Course (MOOC) questionne. À partir d'une enquête mixte longitudinale, cette recherche s'est attachée à répondre à la problématique générale suivante : dans quelle mesure l'égalité formelle d'accès aux MOOC se traduit-elle par une égalité des chances pour les individus de les utiliser, d'y réussir et d'en tirer des bénéfices (objectifs et subjectifs)? Cette étude des usages sociaux des MOOC et de leurs effets dans les trajectoires individuelles a été réalisée à partir de l'analyse de 5709 réponses d'inscrits au sein de 12 MOOC de France Université Numérique (FUN), réinterrogés un an plus tard (n=778), et de 32 entretiens. Arguant en faveur d'une reproduction sociale des inégalités d'accès, les résultats montrent que l'égalité formelle d'accès ne suffit pas à une
appropriation par tous de ces ressources. Ces usages restent principalement le fait d'individus détenant un capital humain élevé, bénéficiant d'une « insertion professionnelle assurée » (Paugam, 2007[2000]), coutumiers de la formation professionnelle et ayant d'intenses pratiques culturelles. Plus qu'une nouvelle voie d'accès à la formation, les MOOC semblent constituer un moyen supplémentaire, nécessitant des prérequis implicites. Pour autant, la construction d'une typologie d'usage a permis de mettre au jour que les MOOC peuvent constituer, même pour ces derniers, une réelle opportunité de formation.
Majoritairement saisis dans un rapport a priori désintéressé de loisirs culturels, ils sont aussi utilisés pour satisfaire des objectifs formatifs variés. Ces six registres d'usage sont par ailleurs plus faiblement déterminés. L'évaluation de la réussite, lorsque les critères
de l'achèvement et de la certification sont pertinents, met en évidence, pour ces individus favorisés, une égalité des chances d'y parvenir. Bien que ces usages sociaux n'aient, à court terme, aucun effet objectivable sur les trajectoires socio-professionnelles, ils sont
porteurs de bénéfices plus subjectifs. Selon les particularités et la temporalité des « parcours biographiques » (Bourdon, 2010), ils participent au développement des identités personnelles et professionnelles ainsi qu'à une amélioration du vécu de certaines transitions. Loin de concurrencer en France le rôle des diplômes dans les parcours sociaux, les MOOC semblent plutôt en constituer un nouveau halo et participer à l'avènement d'une ère du signalement tout au long de la vie.
 
Membres du Jury :
  • Eric Bruillard, Professeur à L'Université de Paris Descartes (rapporteur)
  • Patricia Champy-Remoussenard, Professeure à l'Université de Lille 3 (rapporteur)
  • Géraldine Farges, maîtres de conférences à l'Université de Bourgogne Franche-Comté
  • Yannick Fondeur, Chargé de recherche au Cnam, Lise UMR CNRS 3320 / CEET
  • Jean-François Giret, Professeur à l'Université de Bourgogne Franche-Comté
  • Emmanuel Quenson, Professeur à l'Université d'Evry-Val d'Essonne

[/kc_column_text][/kc_tab][kc_tab title="Publications" _id="153568"][kc_column_text _id="325977"]

[/kc_column_text][/kc_tab][/kc_tabs][/kc_column][/kc_row]

photo_de_profil:
3917
identite:
VRILLON Eléonore
grade:
Professeur
fonction:
Docteur(e) venant de soutenir sa thèse, chercheur(se) associé(e)
adresse_postale:
telephone:
bureau:
courriel:
url_site_perso_ou_professionnel:
fax:
cv:

Log In

Create an account