Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
  • Français
  • English

Fiche de VALLOT Pauline

Bureau : 111 Pôle AAFE
E-mail : pauline.vallot@u-bourgogne.fr
Fonction : Maitre.esse de conférences en Sociologie

Thématiques de recherche

  • Sociologie de la migration
  • Articulation des rapports de classe, de genre et de race
  • Mobilité sociale et liens formation-emploi
  • Méthodes quantitatives et qualitatives en sciences sociales

     

     

    Formation & Thèse

    Thèse de sociologie :

     

    Pauline VALLOT a soutenu sa thèse le 9 septembre 2020, en co-tutelle franco-allemande (Université Paris I / Université de Göttingen). Le jury était composé de : Cris BEAUCHEMIN, Directeur de recherche et HDR à l’INED (président) ; Ioana CÎRSTOCEA, Chargée de recherche CNRS et HDR au CESSP (examinatrice) ; Silke HANS, Professeure de sociologie à l’Université de Göttingen (co-directrice) ; Catherine MARRY, Directrice de recherche CNRS et HDR au Centre Maurice Halbwachs (rapporteuse) ; Camille PEUGNY, Professeur de Sociologie à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (rapporteur) ; Anne-Catherine WAGNER, Professeure de sociologie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (co-directrice).

     

    Directrices de thèse : Silke HANS et Anne-Catherine WAGNER

     

    Titre de la thèse : Une immigration déqualifiée. Diplômé·es d’études longues à la périphérie des professions supérieures françaises et allemandes.

     

    Résumé :
    Cette thèse de sociologie est une contribution à l’analyse de la déqualification professionnelle à l’échelle transnationale. Elle propose de renouveler l’analyse des migrations contemporaines et des hiérarchies internationales qui les sous-tendent à travers le cas des migrant·es diplômé·es du supérieur. Elle s’arrête plus précisément sur les personnes ayant immigré en France ou en Allemagne à l’âge adulte et qui résident dans ces pays à la fin des années 2000. En expansion rapide, cette population est exposée à des mécanismes d’exclusion juridiques et symboliques qui peuvent contrebalancer les avantages liés aux ressources scolaires élevées et aux compétences internationales. Partant de cette ambivalence, la recherche s’appuie sur un dispositif empirique qui combine des enquêtes statistiques (Enquête Emploi, Trajectoires et Origines et Mikrozensus) et 24 entretiens auprès d’immigré·es médecins ou ingénieur·es.
    Dans la première partie, la notion de « choix » dans l’orientation migratoire est déconstruite. Nous analysons d’abord comment les discours experts et politiques ont contribué à diffuser le schéma théorique d’un marché global de « talents » qui s’orienteraient en fonction de « l’attractivité » des pays. Nous dégageons ensuite deux espaces de circulation majeurs et largement cloisonnés : de l’Afrique vers la France d’une part, de l’Europe orientale vers l’Allemagne d’autre part. L’influence linguistique et éducative de la France sur des pays autrefois colonisés est à la base du premier système, tandis que les échanges économiques anciens entre l’Allemagne et les pays de l’Est, récemment facilités par l’Union européenne, servent de fondement au second.
    Dans la deuxième partie, nous nous intéressons au travail et à l’emploi dans le pays d’arrivée. Du fait d’obstacles dans l’accès aux professions supérieures, la situation des immigré·es relève souvent d’une incohérence statutaire au regard de la stratification sociale des autres diplômé·es du supérieur. En outre, ils et surtout elles font souvent l’expérience d’un déclassement professionnel consécutif à la migration. Le phénomène de déqualification s’explique par des mécanismes d’exclusion et de stigmatisation selon la nationalité, le pays de formation, les pratiques langagières ou l’apparence physique. Il se décline différemment en France et en Allemagne et contribue à recomposer les rapports de genre. Ainsi, l’opposition entre pays centraux et périphériques est objectivée et spécifiée grâce à l’analyse de deux systèmes migratoires contemporains aux logiques contrastées.

     

    Formation universitaire :

    • 2014-2020 : Doctorat en sociologie, cotutelle franco-allemande (Université Paris 1 / Université de Göttingen)
    • 2013-2014 : Stage de recherche de 10 mois à l’Université de Brême, Allemagne
    • 2012-2013 : Agrégation de Sciences économiques et sociales / M2 Formation à l’Enseignement supérieur, ENS Paris/ENS Paris-Saclay
    • 2011-2012 : M2 SocStat « Sociologie et statistiques » (EHESS/ENSAE/ENS Paris)
    • 2010-2011 : M1 de sociologie à l’Université de Warwick, Royaume-Uni (partenariat Erasmus)
    • 2009-2014 : ENS de Cachan (devenue ENS Paris-Saclay)
    • 2007-2009 : Classe préparatoire B/L « Lettres et sciences sociales »

     

     

    Publications

    16 documents

    Articles dans une revue

    • Miguel Andrés Herrera Ríos, Elsa Boulet, Mauricio Aranda, Pauline Vallot, Camille Noûs. L'écriture de la thèse, une improvisation méthodique : Conditions de travail, savoir-faire et production des connaissances en sciences sociales. Socio-logos, 2023, 18, pp.1-19. ⟨10.4000/socio-logos.6160⟩. ⟨hal-04061163⟩
    • Pauline Vallot. Paul Pasquali, Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) (La Découverte, 2021). Sociologie, 2022. ⟨hal-03648593⟩
    • Pauline Vallot. Le diplôme et la profession : deux composantes de la classe sociale en France et en Allemagne. L'Année Sociologique, 2019, Vol. 69 (2), pp.425-450. ⟨10.3917/anso.192.0425⟩. ⟨hal-04171780⟩
    • Pauline Vallot, Miguel Herrera, Vincent Hugoo, Laure Traoré. Sonder les décalages avec nos étudiant·e·s. Modalités de réception et de mise à distance des enseignements de sociologie en licence AES. Genèses. Sciences sociales et histoire, 2019, 117 (4), pp.3-25. ⟨10.3917/gen.117.0003⟩. ⟨hal-03992864⟩
    • Pauline Vallot. Petits-enfants d’immigrés face aux études longues. Un rapport au système scolaire socialement et historiquement situé. Revue française de sociologie, 2016. ⟨halshs-03707792⟩
    • Pauline Vallot, Amy Jacobs-Colas. Immigrants' Grandchildren in France and the Desire to Pursue Higher Education. A Socially and Historically Situated Attitude Towards the Education System. Revue française de sociologie, 2016. ⟨halshs-03707803⟩

    Communications dans un congrès

    • Pauline Vallot. Léguer à ses enfants un capital scolaire démonétisé suite à la migration : un investissement éducatif sous contrainte. Journée d'étude "Investissements éducatifs", Université Paris Dauphine - PSL; IRISSO, Nov 2023, Paris, France. ⟨hal-04282084⟩
    • Pauline Vallot, Hicham Jamid. Un déclassement à relativiser ? Comment les immigré-es diplômé-es du supérieur relégué-es dans l'emploi réactivent leurs dispositions académiques. Congrès de l'Association Française de Sociologie, Jul 2023, Lyon (Université Lumière Lyon 2), France. ⟨hal-04174061⟩
    • Pauline Vallot. "Se faire tout petit" ? Adaptations et résistances d'émigré-es de classes aisées en Afrique assigné-es à des emplois subalternes racialisés en France. Ce que la minoration raciale et religieuse fait aux classes moyennes et supérieures, Institut Convergences Migrations, Jun 2023, Aubervilliers (Campus Condorcet), France. ⟨hal-04174051⟩
    • Pauline Vallot. Choisir un pays sous contrainte. Analyse de l'orientation migratoire grâce aux méthodes mixtes. Séminaire de méthodes mixtes, ARENES, Feb 2023, Université Rennes 1, France. ⟨hal-04174049⟩
    • Pauline Vallot. Classes et déclassement des immigré∙es aux études longues. Une comparaison franco-allemande. Séminaire "Penser les classes au-delà des nations", Centre Maurice Halbwachs, Dec 2022, Paris (Ecole normale supérieure), France. ⟨hal-04174068⟩
    • Pauline Vallot. Se mettre au foyer. Sortie de l'emploi et investissement domestique des femmes immigrées lors de leur arrivée en France hexagonale. Journées d'étude "Trajectoires et mobilités de genre", Université Paris-Dauphine, Paris, Nov 2022, Paris, France. ⟨hal-03951915⟩
    • Pauline Vallot. Le diplôme et la profession. Deux composantes de la classe sociale en France et en Allemagne. Séminaire de l'IREDU, IREDU, Oct 2021, Dijon, France. ⟨hal-03517388⟩

    Chapitres d'ouvrage

    • Pauline Vallot. La migration comme renversement des rapports de pouvoir linguistiques. Pertes et profits d'ingénieurs aéronautiques en mobilité internationale. Bidet, Jennifer; Bréant, Hugo; Grysole, Amélie; Perdoncin, Anton; Terrazzoni, Liza; Wang, Simeng. Se (dé)placer. Mobilités sociales et migrations, Presses Universitaires de Provence, pp.47-58, 2023, 979-10-320-0462-3. ⟨hal-04142234⟩

    Thèses

    • Pauline Vallot. Une immigration déqualifiée : diplômé.e.s d’études longues à la périphérie des professions supérieures françaises et allemandes. Sociologie. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I; Georg-August-Universität (Göttingen, Allemagne), 2020. Français. ⟨NNT : 2020PA01E023⟩. ⟨tel-03046596⟩

    Vidéos

    • Liza Terrazzoni, Hadrien Dubucs, Lorena Izaguirre, Yasmine Siblot, Pauline Vallot, et al.. Mobilités sociales et migrations internationales (6) :
      Convertir (inégalement) ses ressources en immigration. 2019. ⟨medihal-02282334⟩

     

    Animation scientifique et recherche collective

    • Coordination avec Claire Cosquer et Brenda Le Bigot d’un numéro thématique sur les migrations privilégiées, dans la Revue Européenne des Migrations Internationales (publication prévu à l’automne 2024)
    • Depuis 2023 : Membre du comité de rédaction de la Revue des Politiques Sociales et Familiales (CNAF)
    • 2021-2023 : conduite avec Hicham Jamid d’une post-enquête qualitative Trajectoires et Origines (Ined, Insee)
    • Membre du comité d’organisation du colloque « Des migrations internationales privilégiées ? », 15-16 juin 2021, Institut Convergences Migrations, Aubervilliers.
    • 2015-2019 : Coordinatrice du Collectif « Feedback », atelier de recherche doctoral sur l’enseignement de la sociologie à l’Université

     
     

    photo_de_profil:
    8525
    identite:
    VALLOT Pauline
    fonction:
    Maitre.esse de conférences en Sociologie
    adresse_postale:
    telephone:
    bureau:
    111 Pôle AAFE
    fax:
    courriel:
    pauline.vallot@u-bourgogne.fr
    url_site_perso_ou_professionnel:
    cv:
    kc_data:
    a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
    kc_raw_content:

    {tab=Thématiques de recherche}

    • Sociologie de la migration
    • Articulation des rapports de classe, de genre et de race
    • Mobilité sociale et liens formation-emploi
    • Méthodes quantitatives et qualitatives en sciences sociales

       

      {tab=Formation & Thèse}

      Thèse de sociologie :

       

      Pauline VALLOT a soutenu sa thèse le 9 septembre 2020, en co-tutelle franco-allemande (Université Paris I / Université de Göttingen). Le jury était composé de : Cris BEAUCHEMIN, Directeur de recherche et HDR à l'INED (président) ; Ioana CÎRSTOCEA, Chargée de recherche CNRS et HDR au CESSP (examinatrice) ; Silke HANS, Professeure de sociologie à l'Université de Göttingen (co-directrice) ; Catherine MARRY, Directrice de recherche CNRS et HDR au Centre Maurice Halbwachs (rapporteuse) ; Camille PEUGNY, Professeur de Sociologie à l'Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (rapporteur) ; Anne-Catherine WAGNER, Professeure de sociologie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (co-directrice).

       

      Directrices de thèse : Silke HANS et Anne-Catherine WAGNER

       

      Titre de la thèse : Une immigration déqualifiée. Diplômé·es d'études longues à la périphérie des professions supérieures françaises et allemandes.

       

      Résumé :
      Cette thèse de sociologie est une contribution à l’analyse de la déqualification professionnelle à l’échelle transnationale. Elle propose de renouveler l’analyse des migrations contemporaines et des hiérarchies internationales qui les sous-tendent à travers le cas des migrant·es diplômé·es du supérieur. Elle s’arrête plus précisément sur les personnes ayant immigré en France ou en Allemagne à l’âge adulte et qui résident dans ces pays à la fin des années 2000. En expansion rapide, cette population est exposée à des mécanismes d’exclusion juridiques et symboliques qui peuvent contrebalancer les avantages liés aux ressources scolaires élevées et aux compétences internationales. Partant de cette ambivalence, la recherche s’appuie sur un dispositif empirique qui combine des enquêtes statistiques (Enquête Emploi, Trajectoires et Origines et Mikrozensus) et 24 entretiens auprès d’immigré·es médecins ou ingénieur·es.
      Dans la première partie, la notion de « choix » dans l’orientation migratoire est déconstruite. Nous analysons d’abord comment les discours experts et politiques ont contribué à diffuser le schéma théorique d’un marché global de « talents » qui s’orienteraient en fonction de « l'attractivité » des pays. Nous dégageons ensuite deux espaces de circulation majeurs et largement cloisonnés : de l’Afrique vers la France d’une part, de l’Europe orientale vers l’Allemagne d’autre part. L’influence linguistique et éducative de la France sur des pays autrefois colonisés est à la base du premier système, tandis que les échanges économiques anciens entre l’Allemagne et les pays de l’Est, récemment facilités par l’Union européenne, servent de fondement au second.
      Dans la deuxième partie, nous nous intéressons au travail et à l’emploi dans le pays d’arrivée. Du fait d’obstacles dans l’accès aux professions supérieures, la situation des immigré·es relève souvent d’une incohérence statutaire au regard de la stratification sociale des autres diplômé·es du supérieur. En outre, ils et surtout elles font souvent l’expérience d’un déclassement professionnel consécutif à la migration. Le phénomène de déqualification s’explique par des mécanismes d’exclusion et de stigmatisation selon la nationalité, le pays de formation, les pratiques langagières ou l’apparence physique. Il se décline différemment en France et en Allemagne et contribue à recomposer les rapports de genre. Ainsi, l’opposition entre pays centraux et périphériques est objectivée et spécifiée grâce à l’analyse de deux systèmes migratoires contemporains aux logiques contrastées.

       

      Formation universitaire :

      • 2014-2020 : Doctorat en sociologie, cotutelle franco-allemande (Université Paris 1 / Université de Göttingen)
      • 2013-2014 : Stage de recherche de 10 mois à l’Université de Brême, Allemagne
      • 2012-2013 : Agrégation de Sciences économiques et sociales / M2 Formation à l’Enseignement supérieur, ENS Paris/ENS Paris-Saclay
      • 2011-2012 : M2 SocStat « Sociologie et statistiques » (EHESS/ENSAE/ENS Paris)
      • 2010-2011 : M1 de sociologie à l’Université de Warwick, Royaume-Uni (partenariat Erasmus)
      • 2009-2014 : ENS de Cachan (devenue ENS Paris-Saclay)
      • 2007-2009 : Classe préparatoire B/L « Lettres et sciences sociales »

       

      {tab=Publications}

      [cv-hal id=pauline-vallot type=authIdHal_s]

      {tab=Animation scientifique et recherche collective}

      • Coordination avec Claire Cosquer et Brenda Le Bigot d’un numéro thématique sur les migrations privilégiées, dans la Revue Européenne des Migrations Internationales (publication prévu à l’automne 2024)
      • Depuis 2023 : Membre du comité de rédaction de la Revue des Politiques Sociales et Familiales (CNAF)
      • 2021-2023 : conduite avec Hicham Jamid d’une post-enquête qualitative Trajectoires et Origines (Ined, Insee)
      • Membre du comité d’organisation du colloque « Des migrations internationales privilégiées ? », 15-16 juin 2021, Institut Convergences Migrations, Aubervilliers.
      • 2015-2019 : Coordinatrice du Collectif « Feedback », atelier de recherche doctoral sur l’enseignement de la sociologie à l’Université

      {/tabs}

      Log In

      Create an account